Interview du Président François Hollande à PTI

Interview du Président François Hollande à Press Trust of India.

Q1 : M. le Président, vous serez le cinquième chef d’Etat français à être l’invité d’honneur du défilé de la fête nationale indienne (Republic Day) plus tard au cours de ce mois. Cela reflète des liens stratégiques croissants entre l’Inde et la France ?

Je suis en visite d’Etat en Inde pour la deuxième fois et je suis très fier d’être l’invité d’honneur du « Republic Day ».

Les relations franco-indiennes s’appuient sur des valeurs partagées : la liberté, la démocratie, le progrès.

Un contingent français va défiler aux côtés des forces indiennes sur l’avenue Rajpath. C’est historique. Le 35è régiment d’infanterie a été créé en 1604. Il a participé ces dernières semaines à un exercice de contre-terrorisme avec l’armée indienne au Rajasthan. J’ajoute qu’il a également combattu en Inde contre les troupes de la Compagnie des Indes orientales dans les années 1780 aux côtés des troupes du souverain de Mysore.

J’ai reçu le Premier Ministre Modi à Paris, il y a moins d’un an. Nous avons établi des rapports de confiance. Et élevé encore le niveau de notre partenariat.

Q2 : Pensez-vous que ces liens ont atteint leur plein potentiel ou peut-on faire plus ? Si c’est le cas, quels sont les domaines dans lesquels vous souhaiteriez développer une plus grande coopération entre les deux pays ?

Je viens aussi en Inde pour renforcer nos relations dans plusieurs domaines : la défense, l’espace et l’énergie nucléaire civile. Mais aussi l’éducation, la recherche, la culture. Notre coopération dans la lutte contre le changement climatique et sur les énergies propres a pris une importance sans précédent. Et l’Inde a contribué au succès de la conférence de Paris. Nous y avons lancé l’Alliance solaire et l’engagement de programmes concrets – dans les énergies renouvelables, le stockage de l’énergie, le développement urbain.

Ma visite va nous permettre de conclure une série de nouveaux accords et franchir un pas dans la mise en œuvre de ceux que nous avons signés en avril dernier à Paris, je pense aux transports ferroviaires, aux « smart cities », à la sécurité alimentaire, à l’enseignement supérieur. Dans le cinéma, aussi.
Cette variété de sujets est le reflet de la densité de ce que la France et l’Inde peuvent faire ensemble.

Q3 : La France est un fournisseur de défense majeur pour l’Inde et le contrat Rafale annoncé durant la visite du Premier Ministre l’an dernier en est le reflet. Espérez-vous conclure l’accord final durant votre séjour en Inde ?

Notre coopération dans le domaine de la Défense fait partie de notre partenariat stratégique. Elle repose sur la confiance qui est très forte entre nos deux pays.

Le Rafale est un projet majeur pour l’Inde et pour la France. Ce projet ouvrira la voie à une coopération industrielle et technologique sans précédent, y compris pour le « Make in India », pour les 40 prochaines années. Se mettre d’accord sur les modalités précises de cet arrangement prend évidemment du temps, mais nous sommes en bonne voie.

Q4 : L’Inde a ouvert plus grand ses marchés aux investissements étrangers et a amélioré la facilité de faire des affaires dans le pays. Que vous disent les entreprises françaises sur ces réformes indiennes ? Les investisseurs souhaitent-ils que l’Inde prenne davantage de mesures pour qu’ils investissent plus facilement en Inde ?

Une large délégation d’affaires m’accompagne. Les entreprises françaises investissent beaucoup en Inde. Le stock dépasse à présent les 20 milliards d’euros. Les entreprises françaises offrent 300 000 emplois qualifiés et investissent dans la formation professionnelle. Près de 1000 entreprises françaises sont présentes en Inde et elles y réussissent.

Je vous donne quelques exemples : Cap Gemini IT va atteindre les 100 000 emplois en Inde, mille fois plus que les 100 personnes qu’elle employait il y a 15 ans. Safran Morpho a développé pour l’Inde la technologie biométrique qui a permis d’enregistrer avec succès un milliard d’Indiens pour le programme de carte d’identité Aadhaar. Alstom Transport a récemment signé un contrat pour la production de 800 locomotives électriques et va investir dans une unité de production « Make in India » au Bihar. Après le relèvement du plafond d’investissements directs étrangers dans les compagnies d’assurance de 26 à 49 %, AXA a réalisé un investissement majeur pour augmenter sa part dans le groupe Bharti. Il y a des dizaines d’exemples de ce genre. SANOFI va bientôt lancer des installations flambant neuves de production de vaccins près d’Hyderabad pour l’Inde et pour l’export.

Q5 : Paris a souffert de la terrible attaque terroriste de novembre dernier. L’Inde, comme vous le savez, est depuis longtemps ciblée par les terroristes. La plupart des attaques terroristes en Inde proviennent du Pakistan où sont basés certains des plus importants groupes terroristes comme Lashkar-e-Taiba, Jaish-e-Mohammed etc. Les Etats-Unis et les Nations Unies font depuis longtemps pression sur le Pakistan pour qu’il agisse contre ces groupes. Que souhaitez-vous dire au Pakistan sur ce sujet ?

L’Inde et la France sont confrontées à des menaces similaires : des meurtriers qui prétendent agir sur des fondements religieux nous attaquent. Leurs vrais objectifs sont la haine généralisée. Ils veulent miner nos valeurs démocratiques et nos modes de vie. L’Inde et la France sont unies dans leur détermination à agir ensemble contre le terrorisme.

La France a fermement condamné l’attaque de Pathankot. L’Inde est pleinement fondée à demander justice contre les coupables. Je félicite le Premier Ministre Modi pour sa diplomatie qui reflète à la fois le sens de la mesure et une détermination forte. Il a récemment pris des mesures importantes pour engager le dialogue avec les dirigeants politiques du Pakistan.

La solidarité entre la France et l’Inde est naturelle. Je voudrais remercier encore une fois le Président Mukherjee et le Premier Ministre Modi pour leurs messages après les attaques de Daech à Paris en novembre. Les Français ont aussi été très touchés par les nombreux gestes d’amitié reçus depuis toute l’Inde. Je pense notamment à une bannière en papier de 24m de long portant les signatures et les dessins de milliers d’écoliers et d’écolières. Le flux des touristes et des visiteurs indiens a continué d’augmenter cet hiver, aidant Paris à rester le Paris qu’on aime. Nous les accueillons à bras ouverts, plus que jamais.

Nous avons des échanges constants avec les Indiens. Le groupe de travail franco-indien sur le contre-terrorisme s’est réuni juste après les attaques de Paris en novembre 2015. Et c’était la meilleure réponse pour montrer notre détermination face au djihadisme.

Dernière modification le 30/01/2016

haut de la page