Prolongation de quatre ans du satellite Megha-Tropiques

Coopération spatiale entre la France et l’Inde : Megha-Tropiques, l’emblématique mission dédiée au climat, prolongée pour quatre ans

JPEG - 53.5 ko
Satellite franco-indien Megha-Tropiques

Paris, le 7 octobre

Jean-Yves Le Gall, Président du CNES et A.S. Kiran Kumar, Président de l’ISRO, l’agence spatiale indienne, ont signé, jeudi 6 octobre, au siège du CNES à Paris, une extension de quatre années de la mission franco-indienne de surveillance du climat Megha-Tropiques. La mission, en service opérationnel depuis cinq ans, a d’ores et déjà fourni des résultats sans précédent pour la recherche et les applications opérationnelles.

A son retour du Centre Spatial Guyanais où il a assisté au lancement réussi par une Ariane 5 du satellite GSAT-18, A.S. Kiran Kumar, Président de l’ISRO, a rencontré Jean-Yves Le Gall, Président du CNES, le 6 octobre 2016 au siège du CNES, afin de discuter des projets conjoints en cours.

Les deux hommes ont ainsi pu acter officiellement l’extension de quatre ans de l’accord Megha-Tropiques, qui fait l’objet d’un ambitieux programme d’exploitation scientifique et opérationnelle. Megha-Tropiques est une mission spatiale destinée à étudier les systèmes convectifs de l’atmosphère et plus particulièrement, l’analyse du cycle de l’eau au travers du transport et de la distribution de la vapeur d’eau, du cycle de vie des systèmes convectifs et des échanges d’énergie dans la ceinture équatoriale, avec une orbite permettant jusqu’à cinq observations quotidiennes d’un même point du globe. Une spécificité qui a d’ores et déjà permis de remarquables avancées sur la prévision des précipitations, des cyclones, de la mousson et de la sécheresse. Cette surveillance, à l’endroit même où les phénomènes climatiques extrêmes se forment, permet de mieux appréhender les cycles qui affectent les pays à latitudes moyennes et se révèle un outil primordial pour la communauté scientifique étudiant le climat. La mission a déjà fait l’objet de 90 articles scientifiques et de plus de 1400 références.

Le CNES et l’ISRO célèbrent cette année 15 ans de coopération dans le domaine de la surveillance du climat depuis l’espace. Le premier accord, datant de 2001, s’était traduit par le lancement de deux satellites franco-indiens dédiés à l’étude du climat, Megha-Tropiques en 2011 et Saral-AltiKa, une mission océanographique de collecte de données, en 2013. Une véritable moisson de résultats sans précédent pour la maîtrise des ressources en eau douce, l’agriculture, la pêche, la gestion des catastrophes naturelles et l’océanographie opérationnelle. La surveillance du climat depuis l’espace est un outil sans équivalent pour comprendre les paramètres du changement climatique. Véritables pionniers en la matière, le CNES et l’ISRO ont décidé d’étoffer encore leur collaboration sur les problématiques climatiques. L’instrument français Argos de collecte de données équipera d’ailleurs le satellite indien Oceansat-3 en 2018. De plus, les deux pays se sont engagés pour le développement d’un futur satellite franco-indien d’imagerie thermique infra-rouge.

Le CNES et l’ISRO sont aussi à l’origine de la Déclaration de New Delhi, signée le 16 mai 2016, par laquelle plus de 60 agences spatiales se sont engagées dans la mise en place d’un système spatial permettant de surveiller et de quantifier précisément les émissions de gaz à effet de serre. Un réseau mondial qui permettra de mettre en œuvre l’Accord de Paris sur le climat.

Dernière modification le 07/10/2016

haut de la page