Visite officielle de M. Narendra MODI, PM de l’Inde

Discours de Monsieur Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères et du Développement international, 7ème Forum d’affaires franco-indien.

Paris, le 9 avril 2015

Mesdames et Messieurs,
J’ai préparé quelques mots en français mais, si vous promettez de ne pas l’ébruiter hors de ce ministère, je souhaite aujourd’hui parler en anglais.

Tout d’abord, merci beaucoup d’être ici ; cette maison, qui est une belle maison, est votre maison. Et je suis très heureux de tous vous accueillir, car je pense que cette session et les trois prochains jours seront particulièrement importants et j’aimerais vous remercier du temps que vous avez pris pour être ici et pour votre mobilisation en vue de construire ce nouveau dynamisme auquel vous faisiez allusion.

Le cadre de ce forum est un peu particulier. En premier lieu parce que, comme vous l’avez indiqué, ce forum a lieu un jour seulement avant la visite très importante du Premier ministre Modi. Nous attachons une très grande importance à cette visite. C’est la première fois que le Premier ministre effectue une visite officielle dans notre pays. Je me souviens de ma dernière conversation avec lui lors de sa dernière visite, il y a déjà longtemps, et je sais qu’il apprécie beaucoup de venir ici comme en témoigne le fait qu’il ait choisi la France comme première étape de sa tournée en Europe et nous attachons une grande importance à cette visite, l’Inde constituant un partenaire exceptionnel. Nous travaillons avec l’Inde dans de nombreux domaines stratégiques : la défense, l’espace, l’énergie nucléaire civile. Nous sommes ainsi l’un des premiers investisseurs étrangers en Inde. Nous partageons, ce qui est aussi fondamental, des valeurs communes, une vision commune du monde et tout ceci contribue au contexte particulier de la visite du Premier ministre Modi qui, j’en suis convaincu, sera très réussie.

Le deuxième élément qui rend ce forum si particulier, vous avez probablement pu le voir en entrant dans ce ministère. Nous préparons le grand rendez-vous de la COP21, la conférence sur le climat que nous devons accueillir à la fin de l’année et que je présiderai personnellement. Je me souviens comment la France a été choisie pour accueillir la conférence il y a trois ans. Le choix était assez simple dans la mesure où nous étions le seul candidat. Une fois la France choisie, les gens sont venus me voir pour me dire, sans que je comprenne alors vraiment ce qu’ils voulaient dire : « Bonne chance, Monsieur le Ministre ! ». Je comprends maintenant exactement ce qu’ils voulaient dire.
Il est vrai que nous devons tous, dans le monde entier, c’est vrai pour l’Inde, pour la France mais aussi pour tous les pays, faire de notre mieux pour que la COP21 soit couronnée de succès. Sur cette question, et nous aurons l’occasion d’en parler avec le Premier ministre Modi lui-même, l’Inde occupe une place particulière en raison de la taille de son territoire, de sa population et en termes de ce qu’on appelle les émissions : l’Inde est un émetteur important de gaz à effet de serre. En même temps, par rapport à son nombre d’habitants, son niveau d’émissions est très très faible. Et je sais que le Premier ministre Modi, non seulement depuis qu’il est devenu Premier ministre mais déjà lorsqu’il était ministre en chef du Gujarat, s’intéresse tout particulièrement au développement des nouvelles technologies ; le fait est qu’il existe d’immenses progrès à apporter à la population en termes de nouvelles ressources renouvelables, d’énergie solaire, de différentes formes d’énergie. C’est dans cet esprit que nous devons évoquer ce sujet important avec vous tous et avec le Premier ministre Modi.

Or je comprends que parmi les principaux domaines que vous avez choisis pour ce forum (et je comprends que demain vous transmettrez le résultat de vos travaux au Président français et au Premier ministre indien), deux ou trois éléments sont d’une importance particulière.

Le premier d’entre eux est évidemment l’énergie. Le secteur de l’énergie, de manière générale, et plus spécifiquement des énergies renouvelables, est très dynamique en Inde, en particulier le domaine de l’énergie solaire, et les entreprises françaises produisent une part importante des capacités dans ce domaine. L’expertise française est à la disposition de l’Inde ainsi que pour d’autres technologies, comme l’éolien, les énergies bleues, la biomasse, l’hydroélectricité, etc. Et notre coopération dans ce domaine constitue un des piliers de notre partenariat stratégique et nous devons comprendre et savoir ce que nous pouvons faire dans ce domaine, en considérant ce qui a été désigné par la formule « Make in India ». Et je pense que nous devons nous employer à mettre en place un partenariat de très très grande envergure entre l’Inde et la France dans ce domaine et bien sûr aussi dans le domaine de l’énergie nucléaire.

L’eau constituera une deuxième thématique de vos travaux. Un grand plan a été lancé par le Premier ministre Modi dans ce secteur, et de façon plus générale, un plan d’urbanisation, le célèbre plan des 100 Villes intelligentes. De nombreux investissements sont concernés et nos entreprises sont déjà engagées sur le terrain, aux côtés des entreprises indiennes, et nous apportons notre savoir-faire et nos équipements pour des investissements de fond : le métro, le réseau de distribution d’eau, les déchets et l’efficacité énergétique des bâtiments, l’éclairage urbain, etc. Il nous semble que dans ce domaine, de manière générale, nous pouvons faire beaucoup de choses ensemble.

Enfin, je sais que vous parlerez des investissements croisés. En effet, si nous regardons les chiffres – et nous sommes ici pour parler sans détour – les investissements français en Inde sont beaucoup plus importants que l’inverse. Je comprends que le volume des investissements français en Inde est d’environ 19 milliards de dollars US et représente 280 000 emplois avec beaucoup de projets pour les années à venir. Les investissements indiens ne représentent pour leur part que 500 millions d’euros et 7 000 emplois. Cela signifie que nous avons beaucoup d’efforts à faire des deux côtés pour faire des progrès dans ces domaines. Mon représentant spécial, M. Hermelin, que je remercie vivement pour son excellent travail, vous a expliqué en termes diplomatiques – mais je ne suis pas un diplomate – que nous devons trouver les fins et les moyens de développer les investissements croisés et que nous savons exactement pourquoi le niveau des investissements indiens en France est si faible. Mais je dois dire qu’il est d’une importance cruciale de faire des progrès car d’autres pays font beaucoup pour investir en France. Comme vous le savez peut-être, la France est la première destination des investissements industriels en Europe, et chaque semaine, nous accueillons 19 entreprises étrangères en France. Il est peut-être nécessaire par conséquent de comprendre pourquoi notre relation, si je puis dire, manque de quelque chose et de chercher à la développer.

Mais je ne veux pas parler trop longtemps. Je voudrais vous souhaiter des débats très fructueux. Je serai avec vous demain, avec le Président François Hollande et le Premier ministre Modi, car nous devons écrire ensemble une nouvelle page du partenariat indo-français. Je suis convaincu que c’est possible, nécessaire et je voudrais vous remercier tous individuellement et collectivement pour la part que vous jouez dans ce partenariat commun et nécessaire. Je vous remercie beaucoup. Merci./.

Dernière modification le 16/04/2015

haut de la page